9 Belges sur 10 se plaignent de #fatigue #printanière

9 Belges sur 10 se plaignent de fatigue printanière
L’arrivée du printemps n’est pas synonyme de regain d’énergie

D’après un sondage en ligne réalisé par la marque de compléments alimentaires Supradyn auprès d’environ 200 Belges, le regain d’énergie dès les premiers rayons de soleil est très rare. Pas moins de 93 % des Belges déclarent se sentir relativement fatigués au début du printemps. Cela se traduit principalement par de la fatigue, de l’apathie, des sautes d’humeur et des fringales.

Notons que cette fatigue printanière se ressent quel que soit l’âge, même si les trentenaires en souffrent un peu moins (91 %) que les quinquagénaires (95 %). Et la plupart des gens (54 %) s’en plaignent à nouveau chaque année. Heureusement, cela ne dure souvent que quelques semaines (43 %) ou jusqu’à ce que le soleil brille abondamment (36 %).

Fatigué et apathique, tout comme en hiver
Vous sortez las et morose de la période hivernale ? Il y a alors de grandes chances que ce soit un passage à vide printanier, causé par une longue période sans beaucoup de soleil et d’air frais (73 %), un manque de vitamines (42 %) ou les vacances qui paraissent très loin (33 %). Cela s’exprime par une fatigue permanente malgré de bonnes nuits de sommeil (26 %) ou le sentiment de n’avoir envie de rien (16 %). Viennent ensuite les sautes d’humeur (12 %) et les fringales incontrôlables (11 %).

Les femmes prennent des compléments, les hommes optent pour les fruits
Pour remédier à la fatigue printanière, les hommes et les femmes ont recours à des solutions différentes. Les femmes suivent la recommandation de prendre des compléments de vitamines et alimentaires (19 %), sortent davantage prendre l’air (17 %) et se libèrent plus de temps pour elles (13 %). Les hommes, quant à eux, puisent la plus grande partie de leur énergie dans les fruits et les légumes (25 %), les sorties au grand air (20 %) et les compléments de vitamines et alimentaires (20 %).

L’effet boostant du soleil
Le regain d’énergie au début du printemps est bien plus rare qu’on le pense. Il y a toutefois encore de l’espoir pour tous ceux qui se plaignent de fatigue printanière : 27 % des personnes interrogées indiquent qu’elles se sentent mieux grâce aux températures douces et au fait qu’il fait clair plus longtemps. Ce n’est donc qu’une question de — beau — temps avant que tout le monde puisse jouir de l’agréable sensation de printemps.

*tranches d’âge des participants à l’enquête :
– moins de 20 ans : 1 participant
– 20-29 ans : 31 participants
– 30-39 ans : 58 participants
– 40-49 ans : 71 participants
– 50-59 ans : 20 participants
– 60-69 ans : 8 participants

*Sexe des participants :
9 hommes
180 femmes

Votre avis nous intéresse!

Avis