2,900 kg pour comprendre la planification urbanistique de Bruxelles !



Même s’il y eut des tentatives de planification urbanistique de Bruxelles et de ses faubourgs avant et après l’indépendance de la Belgique en 1830, il a fallu attendre le règne de Léopold II, le roi urbaniste, pour voir apparaître Victor Besme qui entame en 1858 une carrière de près de 50 ans au service du roi en tentant d’organiser la mixité sociale et fonctionnelle de la Ville de Bruxelles.
Cette planification s’est poursuivie au fil du temps et n’a laissé personne indifférent : « Autant d’histoires au déroulement imprévisible, fruits d’interactions multiples entre intérêts financiers concurrents, conflits politico-administratifs, guerres, querelles d’egos, contre-projets parfois farfelus, obstacles techniques, insuffisances budgétaires, retournements économiques ou changements réglementaires », nous explique Benoît Périlleux, co-auteur d’un ouvrage traitant ce sujet.
Un travail de recherches monumental a été entrepris dès 1999 par des chercheurs, répondant ainsi à la volonté affirmée par Charles Picqué, alors ministre-président de la Région bruxelloise, de vouloir connaître ce passé pour construire l’avenir.
Outre une documentation remarquable, l’ouvrage nous présente treize histoires d’urbanisation de la Région au travers du temps. « Le lecteur apprendra ainsi par exemple que l’axe rue du Trône/avenue de la Couronne cache une genèse tumultueuse, source d’énormes ennuis communaux et de défis techniques. Ou comment Molenbeek, village autrefois rural, s’est structuré en petit Manchester de par la volonté de fer et les astuces de quelques entrepreneurs. Quand et comment a eu lieu l’éradication progressive des taudis prolétariens et leur remplacement partiel par les ensembles sociaux. Comment la partie d’Ixelles, comprise entre l’avenue Louise et la chaussée de Waterloo, jadis profond vallon campagnard, est devenue un quartier bourgeois plat comme la main. Comment Ganshoren, très longtemps commune rurale, s’est finalement muée en un champ en barres d’immeubles-dortoirs autour d’un château, et en quartier de classes moyennes sans parvenir à s’articuler autour d’un vrai centre. Comment, plus près de nous, s’est bâti le quartier aisé de Konkel à Woluwe-Saint-Pierre. Comment une société immobilière publique s’y est prise pour reloger, du côté de la Chasse, des habitants chassés du bas d’Etterbeek par un rêve de bouleversement urbanistique des Golden Sixties. Etc. »
En tout, un livre d’information (2kg900gr sur la balance) ! Il fallait bien cela pour comprendre le Bruxelles d’aujourd’hui.
« Urbanisme aux 19e et 20e siècles, Bruxelles histoire de planifier », un livre de 496 pages richement illustré édité par Mardaga et vendu au prix de 49,90€. ISBN : 978-2804-703-325.
Bernard Rosenbaum

Votre avis nous intéresse!

Avis




Laisser un commentaire pour cet article