24 octobre, Journée des Nations Unies

A l’occasion de la journée des Nations Unies qui se tiendra le 24.10.2016, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, appelle à développer une réflexion sur le rôle des Nations Unies. Régulièrement des images nous rappellent que les plus vulnérables d’entre nous, en particulier leks enfants, sont souvent les premières victimes des crises et des conflits. Nos jeunes sont légitimement choqués par ces images qu’ils pourraient percevoir comme une forme d’indifférence de la communauté internationale. En ce jour des Nations Unies, c’est donc à eux qu’il faut s’adresser prioritairement en les sensibilisant au rôle et à l’action des Nations Unies.

Dans ce cadre, Didier Reynders salue le projet éducatif « Back to School » développé par UNRIC, le Centre d’information régional des Nations Unies à Bruxelles, qui vise à sensibiliser les jeunes au fonctionnement, au rôle et à l’action des Nation Unies. Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères a d’ailleurs choisi de s’impliquer personnellement en se rendant ce vendredi (21.10.2016) à la rencontre d’élèves du secondaire d’une école bruxelloise (Institut Saint-Boniface Parnasse).

Depuis la création de l’ONU il y a un peu plus de 70 ans, au lendemain de deux guerres mondiales qui ont lourdement touché notre pays, la Belgique s’est engagée au côté de 50 autres Etats fondateurs à « préserver les générations futures du fléau de la guerre». La journée des Nations Unies offre à Didier Reynders l’occasion de réaffirmer sa conviction que l’action des Nations Unies, qui compte désormais 193 membres doit aller plus loin que la gestion de crise. Il faut également agir préventivement.

Cette action préventive est une priorité pour la Belgique. L’engagement de notre pays en faveur des Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030, du respect de droits de l’Homme et de l’Etat de droit en tant qu’éléments menant à une société pacifiée (peaceful societies) est connu. Mais nous sommes résolus à faire plus, en mettant notre expertise à bâtir un consensus au service de la paix. La Belgique souhaite ainsi prévenir les crises en améliorant la compréhension de leurs causes profondes, en promouvant le règlement pacifique des différends et en luttant contre l’impunité. C’est tout le sens de notre candidature pour un siège de membre non-permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies (2019-2020).

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article