17ème “Festival du Cinéma méditerranéen de Bruxelles”, du 01 au 08/12

Comme chaque année, désormais, nous pourrons apprécier la diversité du cinéma des pays du sud, à l’occasion du 17ème “Festival du Cinéma méditerranéen de Bruxelles” (le “Med”), du 1er au 08 décembre prochains, avec comme thématique, en 2017, les femmes méditerranéennes, ainsi que les réalisations de femmes cinéastes.

A travers sa programmation, le “Med” a voulu faire un état des lieux de leurs droits et rendre hommage aux femmes
d’aujourd’hui à travers des films où elles résistent, créent, cassent, démontrent et démontent les sréréotypes, dérangent et changent notre façon de voir… Et, fait exceptionnel, le Jury officiel sera à 100´% féminin

… Mais donnons la parole à Fadila LaananMinistre-Présidente du Gouvernement francophone bruxellois, en charge de la Culture : “Lieu de rencontre par excellence, le ‘Med’ accueille chaque année plus de 10.000 festivaliers. On peut y croiser des passionnés de cinémades curieux, des professionnels du milieu, des invités internationaux et  belges, des élèves, des membres du secteur associatif, … Et puisque le ‘Med’ est un lieu de rencontre et de partage, le festival vous proposera, également, des concerts gratuitsen guise d’invitation à la découverte musicale de la Méditerranée. Vos papilles, quant à elles, ne seront pas en reste grâce au marché des saveurs méditerranéennes qui incite au voyage.”

“A Ciambra”

.Revenant aux films, voici les neuf longs-métrages en compétition officielle :

  • “A Ciambra” (Jonas Carpignano/Ita.-Fra./2017/120’) ;
  • “À mon Âge je me cache encore pour fumer” (Rayhana/Alg.-Grè.-Fra./2016/90’) ;
  • “Hunting Flies” (Izer Aliu/Nor.-Alb./2016/106′) ;
  • “La Belle et la Meute” (Kaouther Ben Hania/Tun.-Fra.-Suè.-Nor.-Liban-Quatar-Sui./2017/100’) ;
  • “Djam” (Tony Gatlif/Fra.-Grè.-Tur./2017/97’) ;
  • “Headbang Lullaby” (Hicham Lasri/Mar.-Fra./2016/111’) ;
  • “The Secret Ingredient” (Gjorce Stavreski/Macédoine-Grè./2017/104’) ;
  • “More” (Onur Saylak/Tur.-Grè./2017/115’) ;
  • “Wajib” (Annemarie Jacir/Palestine/2017/96’).
‘Djam”

Parmi cette programmation, notons “Djam” (Fra.-Grè.-Tur./2017/97′), le dernier “road movie” musical de Tony Gatlif, dont voici le Synopsis : “Djam, une jeune femme grecque, est envoyée à Istanbul par son oncle Kakourgos, un ancien marin passionné de rebétiko, pour trouver la pièce rare qui réparera leur bateau. Elle y rencontre Avril, une française de dix-neuf ans, seule et sans argent, venue en Turquie pour être bénévole auprès des réfugiés. Djam, généreuse, insolente, imprévisible et libre, la prend alors sous son aile sur le chemin vers Mytilène. Un voyage fait de rencontres, de musique, de partage et d’espoir…”

“Djam”

Attirant, chaque année, un nombreux public, plusieurs projections étant suivies d’un débat, la section “MeDoc” :

  • “A L’OUEST DU JOURDAIN” (Amos Gitaï/Israël-Fra./2017/87’) ;
  • “AU-DELÀ DE L’OMBRE” (Nada Mezni Hafaiedh/Tunisie-Fra./ 2017:80’) ;
  • “ADA FOR MAYOR” (Pau Faus/Esp./2016/86’) ;
  • “ANOTHER NEWS STORY” (Orban Wallace/UK/2017 90’) ;
  • “BEZNESS AS USUAL” (Alex Pitstra/P.B./2016/93′) ;
  • “CARRÉ 35” (Eric Caravaca/Fra.-All.-Qatar/2017/67’) ;
  • “CASABLANCA CALLING” (Rosa Rogers/USA/2014 70’) ;
  • “LES DERNIERS HOMMES D’ALEP” (Feras Fayyad/Dan.-Syrie/2017/104’) ;
  • “LES FLEURS DU BITUME” (Karine Morales & Caroline Péricard/Fra./2017/54’) ;
  • “FOREVER PURE” (Maya Zinshtein/Israël/2016/85’) ;
  • “GAZA SURF CLUB” (Philip Gnadt & Mickey Yamine/All./ 2016/87’) ;
  • “MR GAY SYRIA” (Ayse Toprak/Fra.-All.-Tur./2017/87’) ;
  • “RESTER VIVANTS” (Pauline Beugnies/Bel./2017/110’) ;
  • “ROBINÙ” (Michele Santoro/Ita./2016/97’) ;
  • “WAITING FOR GIRAFFES” (Marco De Stefanis/P.B.-Bel./2016/84’).

Parmi ces 15 documentaires, évoquons “Rester Vivants” (Pauline Beugnies/Bel./2017/110′), la réalisatrice belge ayant présenté, jusqu’au 22 mai 2017, au “Musée de la Photographie”, à Mont-sur-Marchienne, son intéressante exposition “Génération Tahrir”, titre de son livre, rédigé avec Ahmed Nagy, en français et en arabe, signe bienvenu de leur volonté de rapprochement entre deux cultures (Ed. « Le Bec en l’Air »/120 photos de l’auteure, dialoguant avec les dessins percutants d’Ammar Abo Bakr/2015/30€).

“Rester Vivants”

Pauline Beugnies, une attachante cinéaste-photographe-auteure – ayant vécu au Caire pendant cinq ans et étudié l’arabe – a assisté au réveil de la population égyptienne durant les manifestations de 2011. Lauréate du « Nikon Press Photo Award », en 2013, pour son reportage intitulé: “Battir, l’Intifada verte”, ayant, également remporté un  « Mediterranean Journalism Award », de la « Fondation Anna Lindh », écoutons la au sujet de son film “Rester Vivant” : « Dans un contexte de propagande, où l’Etat égyptien s’efforce de réécrire l’histoire, de réinventer ses héros, de maquiller la vérité, je ressens l’urgence de partager une vision personnelle de ce temps de l’histoire égyptienne… Je puise mon énergie dans cette jeunesse… Cette énergie, puisée en Egypte, je veux la partager »…

“La Belle et la Meute”

Au programme du “Gala d’Ouverture” : “La Belle et la Meute” (Kaouther Ben Hania/Tunisie-Fra.-Suè.-Nor.-Liban-Qatar-Sui./2017/100′), le vendredi 1er décembre, à 20h30, au “Botanique”.

“La Belle et la Meute”

Synopsis : “A Tunis, lors d’une fête étudiante, Mariam, croise le regard de Youssef. Quelques heures plus tard, Mariam erre dans la rue en état de choc. Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et de sa dignité. Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux ? …”

“La Belle et la Meute”

A noter que cette fiction a été réalisée en neuf plans-séquences, contribuant à nous plonger dans une sensation de réel et générer une tension, avec une préparation proche de celle du théâtre, le choix des acteurs se portant sur des comédiens de théâtre habitués à de longues scènes. Présenté au sein de la section “Un certain Regard” du “Festival de Cannes”, ce long-métrage – aussi bouleversant que glaçant, message indispensable, alarmant mais porteur d’espoir – est décrit par notre collègue Guillemette Odicino, comme un « thriller féministe étonnant, une chronique haletante de la naissance d’une conscience politique ».

“Abracadabra”

Pour le “Gala de Clôture”, nous pourrons découvrir – le vendredi 08, à 20h, au “Botanique”  en présence de son réalisateur, “Abracadabra” (Pablo Berger/Esp.-Bel./2017/96’), décrit comme étant un mélodrame farfelu, histoire de clôturer ce 17ème “Med” dans la bonne humeur, la projection étant suivie, dès 23h, au “Witloof Bar”, d’un concert balkanique de “The Gypsies ex-Wive’s Band”, bien dans le ton des “Voies de Femmes”, avec une chanteuse et trois musiciennes nous ravissant aux sons d’un accordéon, d’un sax barython et d’une clarinette.

“The Gypsies ex-Wive’s Band”

Synopsis d’ “Abracadabra” : “Pour se reposer de sa dure journée de travail au chantier, Carlos préfère de loin la bière aux sorties culturelles. Macho typique, il regarde le football bien plus que sa femme. Lors d’une cérémonie de mariage, Carlos participe à une séance d’hypnose organisée par le cousin de Carmen, dont il se moque allègrement. Le lendemain matin, Carlos nettoie et range tout l’appartement et, des étincelles dans les yeux, apporte à Carmen son petit déjeuner au lit… Quelque chose a changé ! …”

“Les Fleurs du Bitume”

… Et pour en revenir aux “Voies de Femmes” et aux rythmes, un événement féminin, “Slam : Paroles de Femmes”, au “Botanique”, ce samedi 02, à 10h,  avec une table ronde autour de la pratique du slam comme outil d’émancipation, et à 16h, la projection du long-métrage “Les Fleurs du Bitume” (Karine Morales & Caroline Péricard/Tunisie/2017/52′), avec, dans les rues de Tunis et de Sfax, une danseuse, une graffeuse et une slameuse, ce film ayant remporté, en 2017, le “Prix du meilleur Documentaire”, au “Festival du Film arabe de Fameck”, le “Prix de l’Ibn Battuta Originality”, au “Festival Europe-Orient du Film documentaire”, à Tanger, le “Prix Premio-Storie” du “Terra Tutti Film Festival“, à Bologne, et le “Prix du Public” du “Festival Lumière d’Afrique”, à Besançon. Suivra une rencontre avec la réalisatrice et la slameuse, de même qu’une intervention de slam et de danse… Tout un programme ! …

Hors compétition, le “Med” nous propose, aussi, sa section “Panorama”, regroupant 14 films permettant de nous immerger pleinement dans la culture et l’histoire de la Méditerranée… De quoi nous offrir un tour d’horizon à
nous couper le souffle, … notamment à la vision de “Quit staring at my Plate” (Hana Jusik/Croatie-Dan./2016/ 105′), un long-métrage d’un réalisme cru, parsemé d’humour noir, sa photographie raffinée trouvant de la beauté, même dans les choses les plus dégradées…

Comme chaque année, le “Med” nous offre un focus, consacré, en 2017, au Cinéma tunisien, afin de marquer le début des 50 ans de l’immigration tunisienne en Belgique. Ainsi, grâce à une sélection de six films tunisiens (cinq longs-métrages et un court), nous (re)découvrirons, au “Botanique”, la Tunisie d’hier et d’aujourd’hui.

“No Man’s Land”

Cinquante ans, également, en 2017, pour le “Cinéma belge” et ses “50 Ans de Découvertes”, à l’occasion desquels, la “Fédération Wallonie-Bruxelles” nous convie à l’une de ses séances “50/50”, le dimanche 03, à 19h, au “Botanique”, avec la projection de “No Man’s Land” (Danis Tanovic/UK-Ita.-Bel.-Fra.-Bosnie/2001/98′), une comédie noire, remarquablement lucide et intelligente ayant remporté de nombreuses récompenses (en 2002, “Oscar” et “Golden Globe” du “meilleur Film étranger”, César de la meilleure première Oeuvre de Fiction”, ainsi qu’en 2001, le “Prix du meilleur Scénario” du “Festival de Cannes”).

Ce dernier film est, aussi, repris au sein de la section “A voir ou à revoir”, nous permettant de (re)découvrir six longs-métrages immanquables d’éditions précédentes du “Med” !

Revenons à la “Fédération Wallonie-Bruxelles”, treize des films qu’elle a produits ou co-produits étant regroupés au “Festival du Cinéma méditerranéen”, au sein de sa section “Med in Belgium”, prouvant que le Cinéma belge est aussi dynamique que le Cinéma méditerranéen. Parmi cette sélection, notons la fiction “Noces” (Stephan Streker/Bel.-Lux.-Fra.-Pakistan/2016/98’/“Prix des meilleures Actrice et Acteur” du “Festival du Film francophone d’Angoulèmepour Lina El Arabi et Sébastien Houbani).

“Noces”

Aussi importants que tout Prix remporté, relevons les avis de nos collègues, Romain Blondeau, pour “Marie Claire” : ” ‘Noces’ est le film dont notre époque avait besoin. La réponse, urgente et mesurée, à l’obscurantisme qui menace nos sociétés et réduit les femmes au silence…” ; Arnaud Schwartz, pour “La Croix” ‘Noces’ met en lumière, avec force, la lutte d’une jeune femme d’origine pakistanaise, entre poids des traditions et désir d’émancipation…” ; Pierre Guiho, pour “Culturopoing.com” :“L’écriture précise, économe en dialogues, ne s’embarrasse pas de scènes inutiles et permet au film d’échapper à tout sentimentalisme…” ; ou encore Jean Serroy, pour “Le Dauphiné libéré” : “Un film qui trouve sa force dans la justesse du regard et le refus du manichéisme simpliste…” A voir ou à revoir ! …

“Le Ciel attendra”

A noter que “Noces”, projeté au “Botanique”, le mardi 05, à 09h45, est, également, l’un des trois films retenus pour la section des “Séances associatives”, tous trois exprimant des “Voies de Femmes”, de même que “Le Ciel attendra” (Marie-Castille Mention-Schaar/Fra./2015/100′), ayant remporté le “Prix du meilleur Réalisateur”, au  “Festival du Film francophone d’Angoulème”, Noémie Merlant étant sacrée “Révélation féminine de l’Année” (avec Naomi Amarger), des “Prix Lumières”, recevant le “César du meilleur Espoir féminin, projeté au “Botanique” le vendredi 08, à 09h45, et au “Centre culturel d’Evere”, le lundi 04, à 10h, et “Cherchez la Femme” (Sou Abadi/Fra./ 2017/88′), à l’affiche de la “Maison des Femmes” de Schaerbeek, le jeudi 07, à 09h30, et du “Centre culturel d’Evere”, le vendredi 08, à 09h30 (Prix d’entrée unique : 1€50).

“Cherchez la Femme”

… Avec la projection de ce même long-métrage, “Cherchez la Femme”, un film intelligent, qui aborde les thèmes de la liberté et de l’extrémisme avec humour et sans cliché, le jeudi 07, à 14h, au “Botanique”, n’oublions pas, non plus, l’attention du Festival pour les seniors (Prix d’entrée unique : 3€).

“Ma Vie de Courgette”

Des seniors passons aux enfants (plus de 3.500 étant attendus), avec cette même fiction ou quatre films d’animation, dont “Ma Vie de Courgette” (Claude Barras/Sui.-Fra./2016/66’/lauréat de nombreuses récompenses, dont, en 2017, deux “César”,  deux “Prix Lumière” et trois “Prix du Cinéma suisse”, ainsi qu’en 2016, deux Prix au “Festival international du Film d’Animation d’Annecy” ; le Prix du Cinéma européen du meilleur Film d’Animation”, à Wroclaw ; le “Prix du meilleur Film européen” du “Festival international du Film de San Sebastianle “Valois de Diamant” du “Festival du Film francophone d’Angoulème” ; sans oublier le Bayard d’Or de la meilleure photographie”, pour David Toutevoix, au “FIFF”, à Namur) et “Objectif Lune” (Enrique Gato/Esp./2015/95’/lauréat du Prix Goya du meilleur Film d’Animation”, à Madrid), ces séances scolaires étant prévues au “Botanique”, aux “Centres culturels” de Berchem Ste.-Agathe, d’Evere, de Jette et de Schaerbeek, à l’ “Auditorium Jacques Brel” d’Anderlecht et à l’ “Espace Magh”, à Bruxelles.

“Un Conte peut en cacher un autre”

En dehors de leurs classes, mais toujours pour les enfants, à partir de 6 ans, retour au “Botanique”, avec, à quatre jours de la St.-Nicolas, un après-midi consacré aux familles, le dimanche 02, dès 14h, avec la programmation d’ “Un Conte peut en cacher un autre” (Jan Lachaueri & Jakob Schuh/UK/2016/81′), ou comment réinventer les contes de fée, avec humour et intelligence, ce long-métrage étant suivi, selon les habitudes du “Med”, par une invitation à nous rendre à la rencontre avec une conteuse de la “Maison du Conte”, Christine Andrien, qui interprétera, au milieu de nos enfants, “Rosine et la Malédiction du Crapaud”, un conte italien, drôle et un peu fou, une histoire sauvage et drôle sur la jalousie et la colère

Christine Andrien, de la “Maison du Conte”

Bien sûr n’oublions pas le “Coup de Coeur du Court”, le dimanche 03, à 17h, avec six courts-métrages produits par huit pays, à savoir Croatie-Bulgarie (“Feu Rouge”/Thomas Waszarow/2016/21′), Palestine-Allemagne (“Second Eyes”/Ahmad Saleh/2016/10′), France-Tunisie (“La Laine sur le Dos”/Lofti Achour/2016/16′), Espagne (“Como yo te amo” (Fernando Garcia-Ruiz Rubio/2016/23′), ainsi que deux films belges : “Camouflage” (Imge Ozbilge/2016/ 6′) et “Kapitalistis” (Pablo Munoz Gomez/2017/15′).

Enfin, notons une décentralisation du “Med”, à 20h, le vendredi 02, à Charleroi, au “Quai 22”, avec “A mon Age, je me cache encore pour fumer (Rayana Obermyer/Fra.-Grè.-Algérie/2017/90′) et le vendredi 08, à Liège, au “Cinéma Churchill” des “Grignoux”, avec “Rester vivant” (Pauline Beugnies/Bel./2017/110′).

 

Prix par Séance : “Botanique” & “Cinéma Aventure” : fictions : 5€ (4€ pour les – de 25 ans, les + de 60 ans & les demandeurs d’emploi / 1€25 pour les “Article 27” ) & documentaires : 3€ (tarif unique, sauf “Article 27”: 1€25). “Bozar” :  8 & 10€ (6 & 8€, en tarif réduit). Prix d’Accès aux Galas d’Ouverture et de Clôture, incluant réceptions et soirées musicale : 10€ (tarif unique pour tous). Site webwww.cinemamed.be.

Yves Calbert.


Votre avis nous intéresse!

Avis