16ème « Festival du Film Méditerranéen », du 02 au 09/12

Après le « Festival International du Film de Bruxelles » et avant le « Be Film Festival », nous retrouvons, avec joie, la 16ème édition du « Festival du Film Méditerranéen », à l’ambiance si conviviale, aux saveurs des pays limitrophes de la « grande bleue », incluant des films produits par d’autres pays, mais ayant trait à cette région et à ses problématiques, en fictions ou en documentaires.

Lieu de rendez-vous traditionnel de ce Festival, le « Botanique » nous attend dès le vendredi 02 décembre, avec un mini-concert « live » du « Gustave Brass Band », dès 19h.30, en prélude à la projection, à 20h., de « On the Milky Road » (Emir Kusturica/Serbie-Fra./2016/125’/avec Monica Bellucci & Emir Kusturica). Au terme de celle-ci, à 22h.30, nous terminons la soirée en musique, dans un intense partage d’énergie, de joie, de passion et de groove. avec le retour de la dizaine de cuivres de cette même fanfare de feu.

Synopsis: « C’est la guerre et chaque jour un livreur de lait traverse la frontière esquivant les balles et apportant sa précieuse marchandise aux soldats. La chance semble lui sourire dans sa mission, il est aimé par une belle villageoise et un bel avenir l’attend… jusqu’à l’arrivée d’une mystérieuse italienne qui va bouleverser sa vie. Ainsi commence une histoire passionnée, d’amour interdit, qui va les plonger tous les deux dans une série d’aventures fantastiques et dangereuses. Le destin les a unis et rien ne semble pouvoir désormais les arrêter… Une histoire d’amour, en temps de guerre, où la liberté et la folie entament, dès une ouverture d’anthologie, un pas de tango échevelé… La suite, en forme de défi exubérant et tonitruant, est du pur Kusturica.

Ce film est repris, avec 11 autres, au sein de la section « Panorama », incluant des réalisations nous venant de plus de 10 pays méditerranéens  (Algérie, Bosnie et Herzégovine, Croatie, France, Grêce, Israël, Italie, Liban, Maroc, Serbie et Tunisie), 2 d’entre eux étant coproduits par la Belgique. Parmi les 9 autres films, notons:  « A good Wife » (Mirjana Karanović/Serbie-Croatie-Bosnie et Herzégovine/2016/90′), coproduit par 3 pays de l’ex-Yougoslavie, prouvant que la Culture peut réunir des peuples ayant été en guerre, nous plongeant au sein d’une Serbie d’après-guerre, qui oscille entre réussite sociale moderne et sombres vérités passées. Des Balkans, voyageons vers le maghreb, avec, évoquant les « Printemps arabes », « Parfum de Printemps » (Férid Boughedir/Tunisie-Fra./2015/99′), une fable comique et éclairée sur les causes et les espoirs qui déclenchèrent ces événements.

En compétition (8 films réalisés en 2016), nous découvrons:

  • « Big big World » (Reha Erdem/Turquie/101’/porté par une image magnifique, Reha Erdem évoque différents mondes, grâce à un mélange de poésie et de réalisme quasi magique)
  • « Clash » (Mohamed Diab/Egypte-Fra./97′/film d’ouverture d’ « Un certain Regard » au « Festival de  Cannes », ce huis clos – au lendemain de la destitution du président Mohamed Morsi – aussi efficace que virtuose, réduit hommes et femmes à l’essentiel, les dépouillant de ce qui les sépare, ne retenant que ce qui les soude: leur humanité
  • « Fiore » (Claudio Giovannesi/Ita./109′/pudique et plein de charme, n’étant pas un énième film sur la délinquance et les violences que subissent les jeunes. ce film nous fait rêver d’amour et de belles promesses, au sein d’un établissement pénitentiaire pour mineurs)
  • « Mort à Sarajevo » (Danis Tanovic/Bosnie & Herzég.-Fra./85′/ »Grand Prix du Jury », à la dernière « Berlinale », il s’agit, à l’occasion du 100ème anniversaire de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche, d’un drame à plusieurs niveaux, savamment modulé, avertissement clair sur la discorde paralysante de la Bosnie-Herzégovine et la décrépitude de l’Europe)
  • « One Week and a Day » (Asaph Polonsky/Israël/98′/une comédie sur le deuil, dans la tradition juive, où l’on rit beaucoup, de ce rire singulier qui, dans le même temps, soigne tout en faisant un peu mal)
  • « Park » (Sofia Exarchou/Grèce-Pol./100′/« Prix du Premier Film » au « Festival de San Sebastian », il constitue une rafale brute d’authenticité, où les mots et les gestes deviennent des métaphores du passage à l’âge adulte, au village olympique, à l’abandon, dix ans après les J.O. d’Athènes)
  • « Tour de France »/Rachid Djaïdani/Fra./95′/un « road-movie » intimiste présentant de mémorables moments de cinéma, avec Far’Hook, jeune rappeur dont le producteur lui propose d’accompagner son père, interprété par Gérard Depardieu, pour faire le tour des ports de France, ce périple les menant à Marseille pour un concert final, celui de la réconciliation)
  • « Tramontane » (Vatche Boulghourijan/Liban-Fra.-Qatar-EAU/105′/ »Prix Découverte de la Meilleure Première Oeuvre » au « Festivlal International du Film Francophone » de Namur, un film d’une très grande sensibilité, mêlant mélancolie orientale et regard lucide, avec Rabih, un jeune chanteur aveugle, parcourant le Liban, après avoir découvert qu’il n’était pas le fils biologique de ses parents)

Egalement au programme, un « Focus Moyen-Orient » fort de 15 longs métrages (Egypte/3 films, Israël/5, Liban/4, Palestine/1 et Syrie/2), des fictions et documentaires nous offrant un regard varié sur la production cinématographique à caractère politiquesocial ou culturel de cette partie du monde. Les cinéastes abordent des thèmes aussi cruciaux que le conflit entre Israël et la Palestine, la situation au Liban, la guerre en Syrie, la place des femmes dans leurs sociétés ou le long calvaire des réfugiés. Le cinéma ne fait pas de miracles, mais il provoque en nous de saines prises de conscience.

La section « Medoc » n’évoque pas de bons vins, mais nous propose 15 documentaires, dont 5 n’ont pas été produits par des pays de la Méditerranée, tout en ayant bien trait à leurs histoires, tels « A Syrian Love Story » (Sean McAllister/UK/2015/76’/Grand Prix du Jury au « Festival de Sheffield », meilleur film au « Festival One World des Droits de l’Homme » de Prague, Objectif d’Or & Prix du Public au « Festival Millenium » de  Bruxelles), un documentaire incontournable nous relatant l’histoire déchirante d’un amour qui subit l’agonie de la Syrie… Et, suite à sa projection, un débat, à ne pas manquer, avec son réalisateur  britannique, Sean McAllister.

D’un réalisateur américain, un documentaire réalisé en Egypte« Trials of Srings » (Gini Reticker/USA/ 2015/76’), à la rencontre de 9 femmes, dont la quête de justice sociale participe au « Printemps arabe », fournissant un regard intime sur les événements, les emprisonnements, la torture, …

Parmi les 3 réalisations belges de « Medoc », l’une d’elle nous maintient à Bruxelles, en relation avec notre actualité, sous le titre « Molenbeek: Génération radicale » (Chergui Kharroubi & José-Luis Peñafuerte /Bel./2016/65’)… Un documentaire aux nombreuses questions: Molenbeek a-t-elle enfanté des monstres? Molenbeek est-elle vraiment le berceau du djihadisme en Europe? A l’écran, des Molenbeekois prennent la parole. Ils racontent leur quartierses habitantsles drames et les injustices subies, la dérive suicidaire et meurtrière de certains des jeunes qui y ont grandi. Sur scène, une rencontre suivra, avec la participation des 2 réalisateurs. Au public de les questionner à leur tour.

Un autre documentaire belge« Les Hirondelles de l’Amour » (Jawad Rhalib/Bel./2016/68’), donne la parole à des enfants, nés des rapports entre des soldats marocains de l’armée françaises, occupant l’Autriche, et des femmes autochtones, des mères qui subirent insultes et humiliations. C’était durant l’été 1945, l’été des Marocains, l’été des « hirondelles de l’amour »!… 70 ans plus tard, Karin entreprend de se réconcilier avec ses racines paternelles… Jawad Rhalib sera sur scène, à l’écoute de vos réactions…

Quant au 3ème, en co-production avec l’Italie, « Canto alla Vita » (Nathalie Rossetti & Turi Finocchiaro
Bel.-Ita./2016/62’), il nous présente une ode à la vie, à l’amour et à l’amitié, en compagnie de 2 Raymond, dont l’un, séropositif depuis 27 ans, est confronté à un cancer… Le cheminement de ce couple nous entraîne dans un étonnant voyage sentimental… Les réalisateurs, ici aussi, seront présents pour en parler.

… Restons en Italie, avec le « Cycle Marco Bellocchio », que ce dernier viendra inauguré le dimanche 4, à 19h., sur la scène du « Palais des Beaux-Arts » (« Bozar »), avant la projection, en avant-première belge de son dernier film « Fai bei Sogni » (2016/134’), présenté au « Festival de Cannes », en ouverture de la « Quinzaine des Réalisateurs », et qui, dans le cadre du présent Festival, sera, aussi, projeté, en décen« Flagey », le mardi 6, à 18h.30, Marco Bellocchio, (°Piacenza/1939), lauréat, en 2011, pour l’ensemble de sa carrière, d’un « Lion d’Or » du « Festival International de Venise », donnera une « Master Class », avant la projection, à 19h.30, de son film « Sange del mio Sange » (2015/107′). Enfin, il sera également présent à la « Cinematek », pour présenter une copie restaurée de son ancien film, « I pugni in Tasca » (1965/ 105′), le lundi 05, à 19h. En cette même salle, entre le 02 janvier et le 28 février 2017, 15 de ses longs-métrages, réalisés dès 1967, vous seront proposés en rétrospective. Programme et synopsis sur: www.cinematek.be/?node=17&event_id=100208200.

Parmi les films projetés au sein de la section « A voir et à revoir », notons « The Idol » (Harry Abu-Assad/Palestine-P.B.-UK/2015/100′), racontant la véritable histoire du chanteur palestinien Mohammed Assaf , qui voyagea incognito d’un camp de réfugiés de Gaza vers l’Égypte pour participer à l’émission télévisée “Arab Idol”.

Les courts-métrages ne sont pas oubliés, une séance leur étant réservée, au « Botanique », le dimanche 4, à 19h., avec des réalisations de 15 à 25′, nous venant d’Espagne, de France, du Liban et de Belgique (2 films).

En outre, les enfants bénéficient de l’après-midi du dimanche 04, avec, à 14h., au « Botanique », la projection de « Iqbal, l’Enfant qui n’avait pas Peur » (Michel Fuzellier & Babak Payami/Fra.-Ita./2015/80′), suivie, à 15h.35, de la prestation « live » d’une conteuse de la « Maison du Conte »Magali Mineur, qui leur racontera: « Dawud, Prince banni », le tout pour 3€.

N’oublions pas, non plus, que des séances scolaires sont prévues, de même que d’autres destinées aux seniors ou aux associations, avec, notamment, pour ces dernières, la projection de « La Route d’Istanbul » (Rachid Bouchareb/Algérie-Fra.-Bel./2015/98′), un « road movie » vers la frontière syrienne, une histoire d’amour entre une fille, Elodie (19 ans) et sa mère, Elisabeth, partant en Syrie pour tenter de la convaincre de revenir en Belgique. La trouvera-t-elle? Pourront-elles se comprendre? Réponses à l’écran!!!

… Et pour être vraiment dans l’ambiance de certains pays de la Méditerranée, sous la serre du « Botanique », une petite restauration méditerranéenne est prévue, avec thés à la menthe, potages et autres spécialités culinaires, histoire de reprendre de la force pour assister à différents concerts « live », voire pour danser, sous la conduite musicale de  « DJ », … afin que cette fête soit totale.

En Soirée de Clôture, le vendredi 09, à 20h.30, au « Botanique »« Quatretondeta » (Pol Rodriguez/ Esp./2015/92’/avec Sergi Lopez).

Synopsis« Pour son premier film, Pol Rodriguez signe une comédie noire et émouvante sur la mort, la vieillesse et la mémoire. La femme du vieux Tomás est décédée, mais il n’a pas le droit de l’enterrer car la famille de la défunte exige que son corps soit rapatrié à Paris. Tomás décide alors de dérober le corps pour aller l’enterrer à Quatretondeta comme il l’avait promis à sa femme. Mais le vieil homme se perd en route. Débute alors une course-poursuite complètement loufoque au cours de laquelle Tomás et ses compagnons de route un brin excentriques vont se démener dans un seul but: récupérer la dépouille ».

A 23h., à l’issue de cette dernière séance, au « Witloof Bar » du « Botanique », nous sommes attendus par « Rebel Up! & Friends/Soundclash » , un collectif de DJ’s belges et néerlandais, véritable « jukebox » global. Accompagnés par Gal Kadan, l’ambiance festive est garantie!

N’hésitez pas à consulter le site www.cinemamed.be, fort bien réalisé, avec les différents synopsis, annonces de la présence de nombreux  réalisateurs et acteurs, ainsi que les « traileurs » des nombreux films programmés. En outre, aux entrées des différents lieux de projections un carnet-programme vous est gracieusement offert, vous révélant qu’une douzaine de séances des sections « Compétition »« Panorama »« Medoc » et « A voir ou à revoir » se déroulent au « Cinéma Aventure »!

Billeterie*au « Botanique » et au « Cinéma Aventure »Fictions: 5€ (4€: – 25 ans, + 60 ans & demandeurs d’emploi), Documentairesséances seniors et familles: 3€ (tarif unique), Soirées d’Ouverture & de Clôture: 10€ (prix unique, mais incluant les réceptions et soirées musicales « live »), « Article 27 » acceptés (sauf pour ces 2 dernières soirées) *à la « Cinematek »: 4€ (prix unique). *à « Flagey »: 7€ (5€50 en tarif réduit) *à « Bozar »: 10€ & 8€ (8 & 6€ en tarif réduit).

Et, surtout, n’oubliez pas que,  n’étant pas distribués en Belgique, pour beaucoup de films, c’est l’unique occasion de les voir et de pouvoir rencontrer leurs réalisateurs et/ou acteurs.

Yves Calbert.

Votre avis nous intéresse!

Avis

Laisser un commentaire pour cet article