14ièmes « Epicuriales », à Liège, du 17 au 21 Mai

(c) Marc Verpoorten/Ville de Liège

Pour la seconde année, les « Epicuriales » liégeoises se dérouleront au « Parc de la Boverie », l’occasion de joindre l’utile à l’agréable en visitant « Viva Roma », la nouvelle exposition temporaire du « Musée de la Boverie », présentée en collaboration avec le « Musée du Louvre », accessible jusqu’au dimanche 26 août.

Bénéficiant de ce joli écrin de verdure, en bord de Meuse, l’édition 2018 des « Epicuriales », est réalisée autour du concept « Art et Gastronomie », … quoi de plus normal aux portes d’un Musée d’Art, … sans oublier que la gastronomie, en elle-même, peut être considérée comme un art à part entière !

D’agréables moments gustatifs nous sont ainsi offerts, de ce jeudi 17 au lundi 21 mai, bénéficiant ainsi du congé de la Pentecôte, pour marier les goûts et les couleurs,  pour admirer des plats et déguster des tableauxAinsi Pierre Luthers, le directeur d’ « Enjeu », société organisatrice de l’événement nous signale que : « comme l’an dernier, chaque restaurateur aura choisi une oeuvre parmi la collection permanente du musée, afin de s’en inspirer pour proposer un plat » ! … Et juste retour des choses, au sein du Musée, les toiles parrainées renvoient le visiteur vers le restaurant qui s’en est inspiré…

Alessandra Montagne (c) « Gault & Millau »
Jean-Philippe Watteyne

Cette année, les « Chefs » invités d’honneur sont Jean-Philippe Watteyne, le lauréat montois de l’édition 2013 de « Top Chef », ainsi qu’Alessandra Montagne, Cheffe, née à Rio de Janeiro, du restaurant parisien, sis dans le 13ième arrondissement,      « Tempero » (« épices », en portugais) !

Au total, pas moins de dix-huit restaurants, quatre de plus qu’en 2017, seront présents, aux portes du « Musée de la Boverie », chacun d’eux étant installé dans une accueillante tente blanche, en forme de pagode.

(c) « Ô de Vie »

Parmi ces restaurants, notons :

* « Ô de Vie », d’Olivier Massart, président des Jeunes Restaurateurs européens en Belgique, à Juprelle ;

* « Rouge du Poivre », de Waremme, égalemen présent à Sclessin, au « Standard de Liège » ;

* « Sushi Time » et sa touche japonaise ;

* « Encontro Brasileiro » et ses saveurs brésiliennes ;

* « Antichi Sapori » et sa cuisine du nord de l’Italie ;

* « Al Piccolo Mondo », des frères italos-belges Di Salvo ;

* « Le Bar Basque », du quartier liégeois de l’ Outremeuse ;

« La Fée Pompette », ses tapas et son bar à vins ;

* « Le Bruit qui Court », du boulevard de la Sauvenière ;

* « Le Labo 4 » et toute la finesse du caviar et du foie gras ;

* « Le Philippe Fauchet », l’étoilé de St.-Georges-sur-Meuse ;

* « L’Echappée Boeuf », de Joël Rademaker, à Bierset ;

* « Mon Boucher », de Philippe Debruge ;

* « Domino Steak House » et ses grillades de boeuf.

Par ailleurs, la « Fédération belge de la Viande » et l’ « APAQW », de la Région wallonne, mettront à l’honneur les éleveurs wallons, ainsi que la qualité et la diversité de la viande produite en Wallonie, au sein de deux tentes spécifiques, animées par des « Chefs » spécialistes de la cuisson parfaite de la viande, tels Cristian Nistor, du « Domino Steak House » et Philippe Debruge, de « Mon Boucher ».

Enfin, hors tentes, dans le bâtiment des « Sports Nautiques », en bord de Meuse, la future Villa Consulaire France – Italie proposera son bar aux Champagnes « Taittinger » et « Orange », avec la présence des « Chefs » parisiens  Stéphane Jego (de « L’Ami Jean ») et Jean-Marc Notelet (du « Caïus »), ainsi que de l’auteure culinaire Sophie Brissaud, des artistes français y exposant leurs oeuvres. A noter, l’organisation d’un atelier d’épices, le samedi 19, et d’une « master class » des  Champagnes « Taittinger », le dimanche 18.

Comme en 2017, tous les « Chefs » se retrouveront dans la « Tente des Grands Chefs », à l’occasion d’ateliers sous forme de ‘battles’ et, chaque soir, à 20h, de repas trois services à six mains.

Inutile de préciser que si le soleil est de la partie les records de fréquentation de l’an dernier risquent d’être battus en 2018, Pierre Luthers aimant souligner qu’ « en 2017, le nombre d’épis vendus a augmenté de 93%, le nombre de visiteurs ayant quasiment doublé, en arrivant à 18.000 personnes », …. ce qui justifie pleinement la pérennisation du Parc de La Boverie, comme lieu d’organisation des « Epicuriales ».

Ouverture : le jeudi 17 mai, de 18h à 24h, ainsi que du vendredi 12 au lundi 17 mai, de 10h à 24h. Entrée libre sur le site. Prix des Plats : de 6 à 20€, ou, plus exactement de 3 à 10 Epis, les Euros n’étant pas acceptés par les différents restaurants, sachant que les cartes de crédits sont acceptées aux points de vente des EpisValeur d’un Epi : 2€, les Epis étant vendus par « carottes » de 5 Epis (10€) ou de 25 Epis (50€), ces Epis n’étant pas remboursables. Site web : www.epicuriales.be, nous permettant, notamment, de réserver nos places pour l’un ou l’autre repas à six mains

« La belle Liégeoise » (c) « Visitez Liège »

A noter que le Parc de la Boverie est facilement accesible, en empruntant la passerelle piétonne « La belle Liégeoise », enjambant la Meuse, à proximité immédiate de la « Gare des Guillemins », le site des « Epicuriales » étant, également accessible via la navette fluviale.

Bon appétit et à votre bonne santé !

Yves Calbert.

Photos, sauf indications contraires : (c) « Enjeu ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *